lundi 18  –  mardi 19/1  –  mardi 19/2 –  jeudi 21  –  vendredi 22  –  samedi 23/1 –  samedi 23/2 –  lundi 25  –  mardi 26  –  mercredi 27  –  jeudi 28  –  vendredi 29  –  samedi 30

Vendredi 22 janvier 2016 à 19h
CRR de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris
Auditorium Marcel Landowski


« ESTchantillons, chants et musique d’Europe orientale »


Le Balkansambl s’associe à la thématique de l’exil dans le cadre d’un atelier permettant à des élèves instrumentistes du conservatoire de se familiariser avec les rythmiques et styles inhérents à ce répertoire, ainsi qu’avec les différentes langues, comprenant le rromani.

Jovino horo : musique de danse de l’ouest de la Bulgarie (Shopluk). Son rythme non seulement assymétrique (temps inégaux) mais composite, est noté en 7+11/8.

Dobri den Rromale (Bonjour, Tsiganes!) : de V. Buzîlyov (contemporain) tsigane de Sibérie. Cette chanson, écrite dans le style “cabaret tsigane”, bien que récente, est très vite devenue un classique du genre, en raison de son texte satirique (et souvent incompris des non romanophones) et de sa structure harmonique très caractéristique. Langue rromani mais à fort pourcentage de russe pour que le public en comprenne l’humour.

Gypsy song : de V. Stefanovski guitariste macédonien contemporain de grande réputation qui, comme c’est souvent le cas en Europe Orientale, vit la musique au présent en prenant soin de ses racines ; il a écrit cette chanson pour le film Gypsy Magic (S. Popov, 1997). Langue rromani.

Bučimiš : musique de danse de Thrace (sud de la Bulgarie).

Svatbarska Račenitsa (Rachenitsa de noces) : la Rachenitsa est avec le Pravo horo la danse populaire la plus répandue dans toute la Bulgarie.

Dunave (Danube) : de C. Kazansky, Bulgare français d’adoption. Les paroles d’une grande poésie, en bulgare, chantées sur un rythme de hora mare roumaine, évoquent les souvenirs d’une enfance passée sur les rives du Danube (frontière naturelle entre Roumanie et Bulgarie).

Zošto si me majko rodila : E. Redzepova & S. Teodosievski, couple chanteuse – chef d’orchestre légendaire en Macédoine. Esma Redzepova, devenue vedette à l’âge de 10 ans, notamment par les chants traditionnels de son pays, a fait par la suite une carrière exceptionnelle dans un genre mélodramatique ; chantant autant en macédonien qu’en rromani, elle est adulée par tous dans son pays. Langue macédonienne.

Lindra isi adi gili (Elle est jolie, cette chanson) a été créée par le groupe tsigane de Hongrie Ando Drom (Sur la route) en 1995. Chanson offerte par une femme à l’homme qu’elle aime parce qu’il lui a apporté douceur et réconfort. Langue rromani.

Sârbă de la Consțantă : la sârbă (souvent appelée “sirba”) est avec la hora la danse en chaîne la plus populaire dans toute la Roumanie; celle-ci, de facture tsigane provient de Consțantă, en Dobroudja (région du delta du Danube).

Makedonsko Devojče (Jeune fille de Macédoine) : écrite par le chanteur macédonien J. Hristovski (1964), elle est un hymne à la gloire de la beauté des filles de son pays. Chanson extrêmement populaire parmi les Macédoniens (et même « ex-Yougoslaves »). Langue macédonienne.

Fondé en 2002 par José Ponzone, le Balkansambl explore les répertoires traditionnels des différents pays d’Europe orientale, y compris les chants et musiques tsiganes. Il est constitué de musiciens et chanteurs amateurs.


Danielle Arrigoni, Virginie Dao, préparation vocale des classes de formation musicale
Balkansambl
José Ponzone, direction artistique, préparation chanteurs et instrumentistes du CRR de Paris


© photo : Sonia Sassi