lundi 18  –  mardi 19/1  –  mardi 19/2 –  jeudi 21  –  vendredi 22  –  samedi 23/1 –  samedi 23/2 –  lundi 25  –  mardi 26  –  mercredi 27  –  jeudi 28  –  vendredi 29  –  samedi 30

Lundi 18 janvier 2016 à
14h30
CRR de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris
Salle Gabriel Fauré
Rencontre du public et des élèves de composition avec la compositrice Xu Yi
Suzanne Giraud, coordination


Lundi 18 janvier 2016 à19h
CRR de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris
Auditorium Marcel Landowsky
Concert des œuvres de la compositrice Xu-Yi

De la magicienne Médée, à la poètesse Marina Tsvetaïeva et jusqu’à la compositrice sino-française contemporaine  Xu Yi, le spectacle "L'exil au féminin" présente différents visages de l'exil vécu par une femme. Cette évocation des exils au féminin s’incrit dans une soirée monographique, consacrée à la compositrice Xu Yi.


Gu Yin pour flûte et percussions (1996)
L’épouse de Zhuangzi , étant morte, son ami Huizi s’en fut lui offrir ses condoléances.  Il trouva Zhuangzi assis les jambes écartées en battant la mesure sur une écuelle.  Huizi s’exclama : « Que vous ne pleuriez pas la mort de celle qui fut la compagne de votre vie et qui éleva vos enfants, c’est trop fort ! »  Zhuangzi lui fit cette réponse : « Au moment de sa mort, je fus naturellement affecté un instant, mais réfléchissant sur le commencement, je découvris qu’à l’origine elle n’avait pas de vie, mais pas de forme ; non seulement pas de forme, mais même pas de souffle, le souffle en forme, la forme en vie, et maintenant voici que la vie se transforme en mort.  Tout cela ressemble à la succession des quatre saisons de l’année…

Zhiyin pour violoncelle solo (2010)
Zhiyin est inspirée par une histoire ancienne chinoise très réputée, celle de Zhiyin (perçoit/connaît le son) qui raconte l’amitié entre Boya, un maître de Qin (cithare ancienne) et son ami Ziqi.  Ce dernier prend toujours un grand plaisir à écouter Boya jouer du Qin.  Quand Boya joue en pensant à une grande montagne, Ziqi dit : « Oh,  c’est très beau, je vois la montagne, sublime comme le mont Tai. »  Quand Boya pense à l’eau en  jouant, Ziqi dit « C’est beau comme l’eau coulant à flots. »  Ainsi durant de nombreuses années, tous les jours, Boya joue et Ziqi écoute.  Après la mort de Ziqi, Boya cassa le Qin et coupa les cordes.  Il ne joua plus jamais pendant le reste de sa vie.  Personne ne comprenait plus sa musique dans ce monde. Cette pièce dédiée à Jean-Luc Idray a été créée au Festival 38° Rugissants en 2010 par Valérie Dulac.

Le ciel brûle pour mezzo soprano et percussions (2010)
Poèmes de Marina Tsétaïeva
Ce duo met en musique quelques poèmes du recueil Le ciel brûle de Marina Tsvetaïeva (Moscou 1892-1941). Elle est une des poètes de langue russe les plus originaux du XXème siècle.  Si son œuvre n’est pas appréciée par Staline et le régime soviétique, sa réhabilitation littéraire commence dans les années 1960.  La poésie de Tsvetaïeva vient du plus profond de sa personnalité, de son excentricité, et de son usage très précis de la langue.
Pour suivre son mari, elle doit s’exiler à Prague en 1922, puis à Paris en 1925 où ils restent jusqu’en 1939.  Ils repartent alors en Union Soviétique où un destin tragique les attend puisque son mari est fusillé et que Marina se suicide en 1941.
La musique des quatre poèmes retenus par Xu Yi fait preuve d’une grande intensité dramatique, avec une exacerbation des nuances et des sentiments, pour tenter de s’approcher de la parole intime de Tsvetaieva. Il s’agit aussi d’une musique où la dimension scénique est prise en compte, pour créer une sorte de rituel musical et poétique.

La Passion selon Médée (2013)
Ballet pour une danseuse, flûte, un percussionniste et un ensemble de 11 musiciens.
Médée est la fille du roi de Colchide et de l’océanide Idye.  À la fois d’ascendance royale et divine, elle est une puissante magicienne, connue pour son intelligence, sa puissance, sa capacité à agir, l’intensité de ses sentiments. Médée est  une éternelle exilée : elle s’enfuit  une première fois de Colchide, avec Jason.  Puis, poussés par les descendants du roi de Thessalie,  ils doivent tous les deux se réfugier en Corinthe.  Enfin, Médée ne supportera pas le dernier exil qu’on lui promet lorsque Jason la répudie pour épouser Créuse.  Chassée finalement par les Corinthiens après les tristes épisodes les plus connus, elle se réfugie à Athènes d’où elle devra encore fuir la colère de Thésée.

Xu Yi


Gu Yin : Arthur Lévy, flûte
Thierry Miroglio, percussions
Elèves des classes des classes de danse contemporaine : Zelda Rose Barbé, Bastien Charmette, Zoé De Souza, Kazuki Fujita, Luce Lainé , Simon Lelièvre ,Ambre Orfao, Axel Poulsen, Yannis Roucan, Molly Siboulet Ryan
Catherine Vesque, chorégraphie

Zhiyin : Lucas Henry, violoncelle 
Elèves des classes des classes de danse contemporaine : Enzo Blond, Renaud Dallet, Tristan Gazeau, Marco Mary
Catherine Vesque, chorégraphie

Le ciel brûle : Danielle Arrigoni, mezzo-soprano
Thierry Miroglio, percussions

La Passion selon Médée : Elèves des classes de danse contemporaine : Eva Aubigny,Sophie Billon, Charlotte Cétaire, Elora Painset
Isabelle Pierre-Jacquemin, chorégraphie
Catherine Vesque, direction artistique 
Ensemble instrumental du Conservatoire
Jacinthe Moreau, flûte solo
Thierry Miroglio, percussion solo
Xavier Delette, direction


© photo : Kolone