lundi 18  –  mardi 19/1  –  mardi 19/2 –  jeudi 21  –  vendredi 22  –  samedi 23/1 –  samedi 23/2 –  lundi 25  –  mardi 26  –  mercredi 27  –  jeudi 28  –  vendredi 29  –  samedi 30

Mardi 26 janvier 2016 à 19h 
CRR de Paris, 14 rue de Madrid, 75008 Paris
Auditorium Marcel Landowski


Il y a là deux formes d'exil : l’exil physique proprement  dit, et un exil plus intérieur, celui de l'artiste rejeté dans son propre pays.


ULLMANN, Trois Lieder pour baryton et trio à cordes
Herbst
Lieder der Tröstung : a) Tote wollen nicht verweilen
b) Erwachen zu Weihnachten

WELLES, Suite op.73 pour flûte, hautbois, clarinette, cor et basson
Moderato, Adagio, Allegro giocoso

SCHULHOFF, Concertino pour flûte, alto et contrebasse
Andante con moto, Furiant (allegro furioso), Andante, Rondino (allegro gaio)

TOCH, Poems to Martha pour baryton et quatuor à cordes
Eventide, In the Train, Spring, Farewell

WEIGL, Five songs (cinq lieder) pour soprano et quatuor à cordes
Trost (Consolation), Sommernachmittag, Regenlied (le chant de la pluie), Ave Maria, Einladung zur Martingans (invitation au dîner de la Saint-Martin)

KLEIN, Trio à cordes
Allegro spiccato, Lento (variation sur un chant populaire morave), Molto vivace
Jacques Saint-Yves, violon
Louis Fima, alto
Thomas Duran, violoncelle

Ce sont ces deux formes d'exil que le concert de ce soir veut évoquer.
Vivre dans un autre pays où, pour certains, tout est à recréer, sa place, sa légitimité, ou bien vivre encore chez soi en ne faisant plus partie de la nation.
Dès 1933 la politique culturelle de l'Allemagne nazie exclut de ses canons nombre d'intellectuels et d'artistes, leur imposant brimades et intimidations dans une échelle de violence sans cesse croissante. Les plus réactifs ou les plus lucides sont contraints à l'exil. Les autres, dans la plupart des cas, disparaîtront dans les camps de la mort.
Ce programme fait revivre des œuvres de musique de chambre de compositeurs juifs ayant quitté "à temps" l'Allemagne avant la catastrophe, avec des fortunes diverses dans leurs pays d'accueil, et en célébre également la mémoire de compositeurs partis trop tôt de ce monde, talents et parfois même génies tués dans l’œuf.
Louis Fima


Professeurs et étudiants des classes de musique de chambre de Marie-France Giret, Pascal Proust, Philippe Ferro, Jacques Saint-Yves et Louis Fima au CRR de Paris
Louis Fima, coordination
Concert rejoué au mois de mars à la Bibliothèque Françoise Sagan dans le cadre de l’ICORN
Avec l'aide aimable du Royal College of Music de Londres


© photo : Kolone