Conte Musical « Bambi » d’Andrei Golovine

Jeudi 23 janvier, 19h à l’Auditorium du CRR
Reconstitution et illustrations du conte de Felix Salten par des élèves de CM1 et CM2 sous la conduite d’Odile Vendemini, professeur des écoles. Orchestre des jeunes du conservatoire. Xavier Delette, direction

Bambi, composé entre 1980 et 1992, est une suite de quinze petites images musicales inspirées d’un conte de F. Zalten. Andrei  Golovine parvient à créer pour chaque tableau un décor, une atmosphère, avec simplicité er délicatesse ; il lui suffit parfois de quelques notes, un trille aigu de violon, un trémolo de  cordes graves, pour illuminer ou assobrir sa toile. L’émotion est partout présente , grace à un véritable don mélodique, un choix instrumental toujours approprié (comme celui de la flûte pour la Naissance de Bambi) ; l’harmonie est mystérieuse dans sa transparence, sa modalité très dépouillée. On pense peut-être par instants à Debussy, au Ravel de Ma mère l’Oye, mais pour revenir aussitôt vers la Russie, ses grandes étendues neigeuses où e temps est comme suspendu. Habitée par la nature, miroir sensible, l’œuvre traverse les saisons, et résume le parcours d’une vie de faon, de l’enfance – ses joies, son innoncence – ses doutes, ses souvenirs, à l’âge adulte, et le devoir d’assumer sa vie. Cette musique pure et rêveuse connaît aussi des instants d’effroi, de douleur, toujours dominés par la poésie et un sens aigu de la beauté.

Anthony Girard

Les élèves de CM1 et CM2 ont travaillé sur le texte de pièce musicale Bambi dans le cadre du projet commun avec le Conservatoire. Ils ont construit avec l’aide d’une mère d’élève, metteur en scène, un projet pédagogique : - ----- construction de dialogues à partir du texte d’origine de Salten (1923)
– Apprendre le contexte et les événements historiques de cette période très trouble (montée de la crise économique de l’Allemagne et du nazisme)
– Se mettre en scène
– Dire et jouer des textes
– Création d’images et de photos pour les décors

Odile Vendemini

Andrei Golovine
André Golovine est en Russie en 1950. Il a étudié la composition à Moscou et l’orchestration au Conservatoire de Moscou avec Evgeny Golubev et Yuri Fotunatov, classes dans lesquelles il a obtient les plus hautes disctinctions. André Golovine a écrit un nombre important de compositions symphoniques et concertantes, dont la 3ème symphonique et le « Canto d’Attesa » pour violon et orchestre, un opéra, « Premier amour », d’après Tourgueniev, de la musique chorale, de la musique de chambre et quelques partitions pour le cinéma.

Sa musique est jouée en Russie par des orchestres prestigieux et par des chefs et des solistes de renom comme Vladimir Fedoseyev, Yuri Bashmet et Maxim Fedotov… La musique d’André Golovine est jouée aussi en Allemagne, en Finlande, en France, en Italie et aux Etats-Unis, et a fait l’objet de plusieurs enregistrements discographiques. André Golovine vit à Moscou et enseigne la composition à l’Académie Gnesin.

uae dum ita struuntur, indicatum est apud Tyrum indumentum regale textum occulte, incertum quo locante vel cuius usibus apparatum. ideoque rector provinciae tunc pater Apollinaris eiusdem nominis ut conscius ductus est aliique congregati sunt ex diversis civitatibus multi, qui atrocium criminum ponderibus urgebantur.

Iamque non umbratis fallaciis res agebatur, sed qua palatium est extra muros, armatis omne circumdedit. ingressusque obscuro iam die, ablatis regiis indumentis Caesarem tunica texit et paludamento communi, eum post haec nihil passurum velut mandato principis iurandi crebritate confirmans et statim inquit exsurge et inopinum carpento privato inpositum ad Histriam duxit prope oppidum Polam, ubi quondam peremptum Constantini filium accepimus Crispum.

Homines enim eruditos et sobrios ut infaustos et inutiles vitant, eo quoque accedente quod et nomenclatores adsueti haec et talia venditare, mercede accepta lucris quosdam et prandiis inserunt subditicios ignobiles et obscuros.

Ut enim benefici liberalesque sumus, non ut exigamus gratiam (neque enim beneficium faeneramur sed natura propensi ad liberalitatem sumus), sic amicitiam non spe mercedis adducti sed quod omnis eius fructus in ipso amore inest, expetendam putamus.

Inter haec Orfitus praefecti potestate regebat urbem aeternam ultra modum delatae dignitatis sese efferens insolenter, vir quidem prudens et forensium negotiorum oppido gnarus, sed splendore liberalium doctrinarum minus quam nobilem decuerat institutus, quo administrante seditiones sunt concitatae graves ob inopiam vini: huius avidis usibus vulgus intentum ad motus asperos excitatur et crebros.

Circa hos dies Lollianus primae lanuginis adulescens, Lampadi filius ex praefecto, exploratius causam Maximino spectante, convictus codicem noxiarum artium nondum per aetatem firmato consilio descripsisse, exulque mittendus, ut sperabatur, patris inpulsu provocavit ad principem, et iussus ad eius comitatum duci, de fumo, ut aiunt, in flammam traditus Phalangio Baeticae consulari cecidit funesti carnificis manu.

Nihil est enim virtute amabilius, nihil quod magis adliciat ad diligendum, quippe cum propter virtutem et probitatem etiam eos, quos numquam vidimus, quodam modo diligamus. Quis est qui C. Fabrici, M'. Curi non cum caritate aliqua benevola memoriam usurpet, quos numquam viderit? quis autem est, qui Tarquinium Superbum, qui Sp. Cassium, Sp. Maelium non oderit? Cum duobus ducibus de imperio in Italia est decertatum, Pyrrho et Hannibale; ab altero propter probitatem eius non nimis alienos animos habemus, alterum propter crudelitatem semper haec civitas oderit.

Isdem diebus Apollinaris Domitiani gener, paulo ante agens palatii Caesaris curam, ad Mesopotamiam missus a socero per militares numeros immodice scrutabatur, an quaedam altiora meditantis iam Galli secreta susceperint scripta, qui conpertis Antiochiae gestis per minorem Armeniam lapsus Constantinopolim petit exindeque per protectores retractus artissime tenebatur.

Ibi victu recreati et quiete, postquam abierat timor, vicos opulentos adorti equestrium adventu cohortium, quae casu propinquabant, nec resistere planitie porrecta conati digressi sunt retroque concedentes omne iuventutis robur relictum in sedibus acciverunt.

Nihil morati post haec militares avidi saepe turbarum adorti sunt Montium primum, qui divertebat in proximo, levi corpore senem atque morbosum, et hirsutis resticulis cruribus eius innexis divaricaturn sine spiramento ullo ad usque praetorium traxere praefecti.

 

Lundi 13 janvier
FEDERICO MOMPOU

Lundi 13, mardi 14 et mercredi 15 janvier
KURODA, BARTOK, PRÉVERT, QUENEAU…

Mardi 14 janvier
LES ENFANTS TERRIBLES

Mardi 14 janvier
LE CUIRASSÉ POTEMKINE

Mercredi 15 janvier
BETTY BOOP, FELIX THE CAT

Mercredi 15 janvier
AKI KURODA -  SAYAKA SHOJI

Jeudi 16 janvier
« 1, 2, 3 SOLEIL ! »

Vendredi 17 janvier
ALICE AU PAYS DES MERVEILLES

Lundi 20 janvier
MUSIQUES DE DESSINS ANIMÉS

Mardi 21 janvier
TRANS’FUSION

Mardi 21 janvier
PIOU, CONTE POUR ENFANTS

Mercredi 22 janvier
GUY SACRE

Jeudi 23 janvier
BAMBI

Lundi 27 janvier
CONTE MUSICAL


CRR de Paris - 14 rue de Madrid - 75008 Paris

http://crr.paris.fr - #crrdeparis - Pinterest - Facebook